Category Archives: Green

Peter Chasse de l’ONG Water Project sera à Montréal pour la semaine TI et Innovation Sociale

Peter Chasse is the Founder and President of The Water Project (TWP).  TWP is a U.S.-based non-profit organization unlocking human potential by providing sustainable water projects to communities in sub-Saharan Africa who suffer needlessly from a lack of access to clean water and proper sanitation.

For over eight years, TWP has been helping communities gain access to clean, safe water by providing training, expertise and financial support for water project construction through its staff and implementing partners.

With a background in software development, Mr. Chasse built TWP on a strong foundation of web facing systems that allow a unique and deeply transparent view of the work they do. Supporters are able to see the specific results of every gift they make, through pictures, GPS mapping and community reporting. Every result of their work is shown online at www.thewaterproject.org

Mr. Chasse champions the role that carefully leveraged emerging technologies, like crypto-currencies, can play in international development and in service to the poor. He’s hopeful that the philanthropic energy, expressed early on in the crypto movement, will continue to deepen into more tangible products and services for the non-profit sector.

Linkedin:linkedin.com/in/peterchasse

Twitter: @TheWaterProject

La directrice Générale d’Amnistie Internationale Canada, sur la technologie et les droits humains

Depuis des années, il n’y’ pas un seul jour qui se déroule sans un conflit quelque part dans le monde. Des familles, des enfants, des civils sont très souvent en danger et parfois torturés ou même tués. Face à ces abus sur les droits humains, Amnistie Internationale n’a cessé depuis plusieurs années de protéger les droits humains. L’organisation qui agit en toute indépendance grâce aux dons reçu (Amnistie n’accepte aucune subvention gouvernemental) ne fait aucune discrimination lorsqu’il s’agit de protéger les droits humains.

Face aux nombreux conflits et crises, Amnistie Internationale est particulièrement active ces derniers jours (voir #CivilianUnderFire sur Twitter) et utilise tous les moyens disponibles y compris la technologie (Mobile) et le Web.

Sur Twitter, la communauté internationale se mobilise autour du hashtag d’Amnistie Internationale #CiviliansUnderfire

amnistie-twitter-640x325

La Conférence de Béatrice Vaugrante le 03 Octobre prochain à l’Usine C

Beatrice Vaugrante, Amnisty International Canada

Béatrice Vaugrante est directrice générale de la section d’Amnistie internationale au Canada francophone depuis 2006. Auparavant depuis 2000, elle avait développé et occupé diverses fonctions bénévoles couvrant les questions relatives aux droits économiques et sociaux et à la responsabilité sociale des entreprises. La lutte contre la pauvreté sous l’angle des droits humains et les droits des peuples autochtones au Canada sont des chantiers développés sous sa direction. Elle a d’ailleurs mené le premier projet de recherche-action mondiale pour la section, portant sur une communauté algonquine du Québec et co-fondé la Coalition pour les droits des peuples autochtones au Québec. Elle participe à de nombreuses rencontres internationales au sein du Mouvement. Elle a fait partie de missions, pour les droits des femmes au Burkina Faso et en Haïti dans le cadre du procès de JC Duvalier. 

Béatrice fait partie de l’Équipe de gestion mondiale du Mouvement, qui regroupe une douzaine de directeurs de sections du monde apportant un soutien au Secrétaire général dans la gestion des grands dossiers du Mouvement. 

Elle fut présidente du conseil d’administration d’Amnistie internationale Canada francophone de 2003 à 2005 où elle a mis en œuvre entre autres le processus de planification stratégique.

Avant 2006, Béatrice a tenu des postes de direction en ressources humaines, planification et ventes dans une entreprise de télécommunications au Canada et des postes de consultation en gestion des ressources humaines au Canada et en Europe (Ouest et Est). Elle détient un MBA de HEC Paris.

Béatrice est membre du Conseil d’administration de la Maison du Développement Durable.

La pédagogie Freinet au Cameroun : enjeux et Challenges

La situation du développement de l’application des techniques de la Pédagogie Freinet  au Cameroun et leur implication en contexte éducatif africain.

Les systèmes  d’éducation d’Afrique subsaharienne en général et celui du Cameroun en particulier, au moment où nous rentrons dans la mouvance de l’Afrique émergente à l’horizon 2035 continuent à s’appuyer sur des bases établies à l’aube des indépendances. Les modèles d’apprentissage conservent généralement une orientation  considérée comme traditionnelle, behavioriste accrochés aux curricula, où toute nouvelle donne est considérée comme un surplus de travail, donc : une corvée. Les pratiques quant à elles sont animées d’un magistrocentrisme qui dit mettre l’apprenant(e) au centre de son apprentissage, alors que la configuration matérielle des salles de classe demeure caduque favorisant cette orientation magistrocentriste. D’autre part, la grande diversité ethnique, culturelle, ethnique, linguistique  camerounaise se révèle comme étant un moyen d’enrichissement, s’érige dans l’environnement d’apprentissage comme étant un frein à l’amélioration de l’apprentissage pour la réussite de tous les apprenant(e)s. (A. Mengue Abesso, 2013)

L’adhésion à la fédération internationale des mouvements de l’Ecole Moderne (FIMEM) a été pour les membres de l’association des enseignant(e)s camerounais(e)s pour l’Ecole moderne (AECEMO), une invite à la réflexivité pour le changement de la vision des pratiques d’apprentissage. L’insertion des techniques de la pédagogie Freinet dans la pratique de classe s’avère être un processus ardu, exigeant un surplus d’efforts d’organisation de l’espace d’apprentissage, du temps de travail  l’enseignant(e) dans un processus coopératif. C’est pour cela que ce mouvement camerounais n’est composé que des personnes qui aimeraient changer de vision de l’apprentissage afin améliorer leurs pratiques. Ils sont un peu plus d’une cinquantaine d’enseignant(e)s, membres de l’association des enseignant(e)s camerounais(e)s pour l’Ecole moderne qui sont depuis l’année 2010 à la pratique des techniques Freinet.

Les enseignant(e)s qui ont acceptés introduire des techniques telles que le texte libre, le dessin libre, l’entretien du matin ou « Quoi de neuf ? », l’individualisation et la personnalisation des apprentissages à travers les plans de travail, la participation démocratique à travers les conseils de classe et l’organisation coopérative de la classe, la correspondance scolaire, etc. Le réel et curieux constat au sujet de l’insertion des techniques Freinet et de l’organisation coopérative de l’environnement d’apprentissage est que ces techniques entraînent une grande révolution qui accorde une possibilité de succès à tous les apprenant(e)s. Lesdites techniques favorisent aussi une possibilité d’ouverture aussi bien aux enfants qu’aux enseignant(e)s des apprentissages plus actifs permettant un esprit créatif afin de  promouvoir la formation des citoyens aux compétences et à la réflexivité.

Par ailleurs, cette orientation coopérative est un tremplin pertinent pour la socialisation et d’éducation civique grâce aux possibles échanges  permanentes dans cet environnement avec les pairs et les adultes. Pour ce faire, l’environnement d’apprentissage devient le lieu par excellence d’expression, d’appropriation et de jouissance pour l’enfant de ses droits et devoirs envers les pairs et les adultes. C’est aussi l’endroit privilégié pour le jeune enfant d’apprendre à apprendre en s’auto évaluant progressivement pour mieux apprendre à apprendre et à acquérir des connaissances et des ressources afin de leur permettre de mener une existence enrichie et satisfaisante. Cela va accorder à tous les apprenant(e)s la possibilité d’une réussite effective et à l’enseignant(e) de s’approprier une vision inclusive de l’apprentissage.

alternative education in africa

En ce qui concerne  la participation démocratique à travers le conseil de classe coopérative, elle permet  la formation des apprenant(e)s en tant citoyens engagés, afin de leur permettre de commencer à jouir dès l’enfance de leurs droits, ce qui leur accordera de devenir des citoyens adultes et responsables.

Mais généralement, les éducateurs Freinet camerounais se heurtent à une difficulté prépondérante dans leurs pratiques à savoir, l’absence de maîtrise des technologies de l’information et de la communication. Pour ceux des enseignant(e)s du groupe Freinet qui tâtonnent déjà dans ce domaine se posent d’innombrables problèmes à savoir :

-le manque criard des outils TIC (qui s’avèrent toujours onéreux en Afrique),

-l’absence d’énergie près des établissements scolaires (énergie inconstantes ou absente),

-le manque de connectivité,

-le manque  de locaux adéquats.

Les projets qui sont été élaborés  pour être proposés aux partenaires afin de pallier à ce constat, doivent reposer sur les 14 conditions de l’ISTE à savoir :

  • la vision partagée,
  • la disponibilité des leaders responsables,
  • le plan de mise en œuvre,
  • le financement,
  • l’accès équitable,
  • le personnel qualifié,
  • la formation professionnelle,
  • le support technique,
  • le cadre curricullaire,
  • la concentration de l’apprentissage sur l’élève,
  • le contrôle et évaluation,
  • les communautés engagées,
  • la politique et le soutien,
  • le support du contexte externe.

Mais les éducateurs Freinet savent que l’un des succès de Célestin Freinet dans sa classe en son temps, a été l’introduction de la machine à écrire dans l’environnement d’apprentissage. Aujourd’hui, il s’agit normalement de l’insertion du micro ordinateur dans l’apprentissage qui s’avère être un impératif issu de la mondialisation, faisant du monde un village planétaire, mais aussi une condition sine qua non qui accordera à l’Afrique une ouverture certaine à l’émergence. Le micro ordinateur s’avère être l’outil adéquat permettant l’amélioration de l’apprentissage et la réussite des apprenant(e)s pour une éducation inclusive, mais aussi la possibilité de disposer des connaissances, et diverses ressources afin de répondre aux besoins des apprenant(e)s et même curricullaires. Les éducateurs Freinet des pays de l’Occident ont pris de l’avance dans cette optique. A cet effet, les problèmes d’outils TIC, d’énergie et de connectivité et de formation demeurent  prioritaires en Afrique.

Pour ce faire, les éducateurs Freinet camerounais pensent qu’il ne s’agit pas seulement d’avoir une vision réflexive ou bien d’insérer des pratiques de la pédagogie Freinet dans l’enseignement/apprentissage. Il est plus important actuellement d’avoir des possibilités réelles d’accompagnement permettant d’actualiser et de s’arrimer aux nouvelles donnes de l’heure. Le vœu pieux des membres de l’AECEMO est de voir leurs projets se réaliser pour une « condition naissante des ressources et des outils en réseau à l’apprentissage et à l’enseignement dans les classes de primaire et du secondaire » Ces éducateurs pensent aussi que les pratiques novatrices doivent être reliées aux curricula afin d’éviter toute navigation à vue. (Laferrière, Bracewell et Breuleux, 2001). Les enseignant(e)s doivent à cet effet s’organiser en communauté de pratique ; ce qui permettrait la coopération et la coélaboration de connaissances afin de permettre aux enseignant(e)s d’avancer dans l’insertion des TIC dans l’apprentissage avec leurs apprenant(e)s dans l’expérimentation de cette nouvelle donne.

Les membres de l’AECEMO pensent avec pertinence que l’Afrique peut évoluer si dans les pays, les actions menées pas de petits groupes comme l’AECEMO, soient pris en compte de la hiérarchie des ministères en charge de l’éducation. Cela permettrait d’éviter l’immobilisme dans lequel nos systèmes d’éducation se noient à cause du manque de motivation, mais aussi de vision. Toutefois, il serait toujours important de démontrer aux enseignant(e)s la nécessiter de changer de vision de l’apprentissage, mais aussi de s’arrimer au monde pour accorder aux enfants dont ils ont la charge la possibilité de jouir de leurs droits, compte tenu du fait que leurs devoirs leurs sont rappelés aux quotidien, tout en faisant fi de les informer de leur droits.

Au terme de cette réflexion et compte tenu de l’absence d’insertion des stratégies pour une éducation inclusive dans la formation des formateurs dans le secteur de l’éducation, de l’absence de vision réflexive chez les enseignant(e)s accordant du changement (progressif, profond, situé, distribué), du manque de structures d’accueil adéquates, de l’absence de matériel et d’outils TIC, de la vétusté du mobilier  permettant la coopération, la collaboration, la coélaboration dans l’apprentissage, les membres de l’association des enseignant(e)s camerounais(e)s pour l’Ecole moderne, s’engagent résolument aux pratiques réflexives pour la formation d’une communauté de coopération, de collaboration et de coélaboration de connaissances afin de faire accroître l’intérêt et la motivation dans la construction de contenus curricullaires impliquant les apprenant(e)s,  qui feront de l’Afrique un continent émergent et du Cameroun, un pays prospère.

Antoinette Mengue Abesso

Présidente de l’association des

enseignant(e)s camerounais(e)s

Pour l’Ecole moderne (AECEMO)

Références bibliographiques :

ISTE (2009), les 14 conditions de l’ISTE.

Laferrière,T. ,Bracewell, R. Breuleux, A. (2001), La condition naissante des ressources et des outils en réseau d’apprentissage dans les classes du primaire et du secondaire. Télé Learning Network, Inc.

Laferrière,T. (2000), Apprendre à organiser et à gérer la classe, communauté d’apprentissage assistée par l’ordinateur multimédia.Revue des sciences de l’éducation ; 25(3) 571-592.

Mengue Abesso, A. (2013), Optimisation de la réussite scolaire des apprenant(e)s dans le contexte d’éducation inclusive : une étude centrée sur les apprentissages coopératifs. (Non publié).

UNESCO (2010), Un référentiel de compétences pour les enseignant(e)s.

Franck NLEMBA, fondateur du forum KWS

FRANCK NLEMBA

Fondateur Kongossa Technologie

A Propos de Franck 

  • Né à Douala au Cameroun
  • Basé à Montréal
  • Education : MSc Marketing Digital, Université Toulouse 1, France
  • Centre d’intérêts : Démographie, Psychologie, Histoire de la technologie, futur de l’humanité, sport
  • Recruter Franck Comme conférencier : C’est simple, il faut juste m’envoyer un Email (franck point nlemba @ kongossa point net)

 Biographie Sommaire

Franck Nlemba est le fondateur de Kongossa Technologie une Organisation sans but lucratif qui prône l’utilisation de la Technologie pour résoudre les enjeux sociaux du monde. Par ailleurs Franck est le Directeur des Stratégies de contenu de Marque pour l’agence Armstrong (groupe Baobaz). Spécialiste du marketing Digital, il a été impliqué dans près de 40 projets de commerce en ligne pour des marques évoluant sur les marchés Européen, Américain et Canadien.

En 2010, Franck et Ingrid fondent l’ONG Kongossa Technologie pour faire la promotion de l’utilisation des technologies comme outil de résolution des défis sociaux.

Vous pouvez discuter avec Franck sur Twitter, Linkedin, Google+ , slideshare, Foursquare , Quora et sur son site.

Ma première interaction avec le monde des affaires vient de ma mère qui est ce qu’on appelle en Afrique une femme d’affaires qui génère ses revenus grâce au commerce de particulier à particulier. Je pense que c’est de là qu’est venu mon intérêt pour la génération des revenus de manière progressive en privilégiant le rapport avec l’individu. Puis j’ai fais des études en marketing puis en marketing digital à l’université de Toulouse 1 où j’enseigne comme professeur vacataire aux étudiants de Master Marketing formation continue.

Ma rencontre avec le web a été tardive. Je raconte souvent cette anecdote où je précise qu’à la base je voulais faire du marketing stratégique et rêvais d’être Chef de produit; mais à l’occasion d’une mission à RFI en 2007 lors de la coupe du monde de rugby en France, j’ai été en charge d’un projet numérique qui a changé ma vision de l’avenir et m’a précipité dans le numérique.

Depuis lors je suis consultant et spécialiste des moteurs de recherche. Par ailleurs depuis 2010, j’ai décidé d’investir tout mon temps disponible et une partie de mes ressources propres à aider les jeunes dans les pays en voie de développement à utiliser la technologie.

 Pourquoi la chemise blanche?

 Je pense que les relations entre les individus sont très complexes. l’appréhension et la méfiance parfois nous fait passer à côté des opportunités. Je porte donc en général une chemise blanche lors de mes interventions publiques pour montrer mon ouverture d’esprit et ma volonté de rencontrer l’autre.

Franck NLEMBA

 Ce que j’aime le plus depuis le début de Kongossa

Exister

Nous avons réussi à lancer nos idées nouvelles dans un contexte qui n’est pas forcément favorable. Il faut noter que le continent Africain continue malgré les progrès économiques à faire face à des difficultés beaucoup plus importantes qu’avoir un ordinateur. Cependant le dynamisme de la jeunesse Africaine et son extrême curiosité augure d’un avenir porteur pleins d’opportunités comme le souligne Peter Diamandis ou encore la présence de Google en Afrique.

FRANCK NLEMBA Founder KONGOSSA TECHNOLOGIE About Franck Born: Douala, Cameroon Hometown: Montréal Education : MSc Marketing Digital, Université Toulouse 1, France Interests : Démographie, Psychologie, Histoire de la technologie, futur de l’humanité, sport Speaking Engagement: if you’d like to have me speak at a conference, meeting or event, please drop me a line via email (franck dot nlemba at kongossa dot net) Auto-Biography Franck Nlemba is the founder of Kongossa Technology a non-profit organization that promotes the use of technology to solve social issues worldwide. Franck is also the Director of Brand Content Strategies for Armstrong (Baobaz group). As a Digital marketing specialist, he was involved in about 40 E-commerce projects for brands operating on the European, American and Canadian markets. In 2010, Franck and Ingrid founded Kongossa Technology to promote the use of technology as a tool for solving social challenges. You can chat with Frank on Twitter, Linkedin, Google+, Slideshare, Foursquare, Quora and on its website. I found myself first introduced to the business world through my mother. My mother, in her business ventures managed to accumulate wealth by means of trade. This is what initially sparked my interests in business. I was drawn to everything from the exceptional opportunities for upward mobility and the countless opportunities to foster strong and long-lasting business relationships. My sweeping interest in business, eventually led me to pursue marketing and digital marketing studies at the University of Toulouse, where I currently teach graduate students as a visiting professor of Continuing Education in Marketing. My first encounter with the World Wide Web was delayed. I wanted to learn strategic marketing and settle into being a Project Manager; but in 2007 after a stint at RFI during the rugby World Cup in France, I was in charge of a digital project that changed my vision of the future and pushed me into the digital field. As a digital marketing consultant and expert in search engines, in 2010, I took the initiative to invest most of my spare time, if not all of my savings, into empowering youths living in developing countries through method of technology. What’s up with the white shirt? The complexities of relationships are endless. At times suspicion and wariness of others turns what otherwise could be fruitful opportunities into wasted ones. This is why I wear a white shirt in general during my public interventions to show my openness and my willingness to meet each other. Franck-nlemba What I love the most with the Kongossa adventure Let it Be We have successfully launched our new ideas in a context that is not necessarily favorable in Africa. It should be noted that the African continent continues despite economic progress to face much greater difficulties than having a computer. However, the dynamism of African youth and extreme curiosity portend a powerful future full of opportunities as Peter Diamandis or Google’s presence in Africa said. Work with other people and organizations In Africa and even here in Quebec and Canada, we often collaborate with other organizations that have the same goal as us caitlin Bergin USA Consulate Sharing Everywhere we go we help others to change their view of technology, gain confidence, understand that they can be their own change. denis-bastien, idénergie Learn All speakers have often given freely of their time, passion and presence to advance the idea that technology is a powerful tool of solving social challenges. Fred-harper

Collaborer

En Afrique, comme au Canada nous avons très souvent collaboré avec d’autres organisations qui visent les mêmes objectifs que nous.

denis-bastien-640x424

Partager

Partout où nous allons nous aidons les autres à changer leur regard des technologies, à prendre confiance, à comprendre qu’ils peuvent être leur propre changement.

IMG_6488-426x640

Apprendre

Tous les conférenciers nous ont très souvent donné gratuitement leur temps, leur passion et présence pour faire avancer l’idée que la technologie est un puissant vecteur de résolution des défis sociaux.

Fred-harper-640x426

S’inspirer de la Pédagogie Freinet pour transformer l’éducation de ce siècle

S’inspirer de la Pédagogie Freinet pour transformer l’éducation de ce siècle

Monsieur Marc Audet, est un enseignant-chercheur à la retraite qui cumule 35 ans d’experience en Enseignement. Il fait partie des initiateurs de la pédagogie Freinet au Québec en 1982.  Il a eu l’amabilité de répondre à nos questions sur cette approche pédagogique.

 – En quoi est-la pédagogie Freinet différente de la pédagogie de Montessori ?

celestin Freinet

Pour Montessori, ce que j’en retiens, hormis son ouverture sur les gens, sa philosophie humaniste, c’est que les idées généreuses de Maria Montessori l’ont conduit à organiser une approche qui est devenue une méthode, que ses adeptes appliquent en « suivant la recette ». En pédagogie Freinet, la personnalité de chaque enseignant est beaucoup plus sollicitée. Il y a autant de pédagogie Freinet qu’il y a d’enseignants qui la pratiquent. Nous nous rejoignons tous sur les principes qui nous guident, et sur les valeurs qui sont les nôtres, mais chacun a sa couleur, ses forces et c’est à partir de ça qu’on organise notre travail quotidien. Nos classes se ressemblent toutes, mais elles sont aussi toutes différentes. Si on retrouve partout des outils classiques qui ont fait leurs preuves et conséquemment résistent au temps, chacun crée aussi ses propres outils, ses techniques qui correspondent aux réponses qu’il trouve aux questions qui se posent dans sa classe.

 Comme la pédagogie Freinet s’attache à rendre l’enfant propriétaire de ses actes, de ses apprentissages, elle est en quelque sorte une pédagogie de libération. Un enfant ne met pas longtemps avant de s’impliquer dans la vie scolaire qu’on lui propose, dans la mesure où on lui fait une place de véritable acteur de son développement. Notre approche coopérative nous permet à nous de mettre en oeuvre une approche relativement facilement, puisqu’on bénéficie de l’expérience des collègues, et aux enfants de bénéficier du support des autres du groupe pour multiplier les possibilités en partageant toutes les stratégies d’apprentissages. En pédagogie Freinet les enfants ne sont pas en compétition et donc des individus face aux autres (ou contre les autres!); toutes les forces individuelles sont mises en commun et donnent accès pour chacun à des stratégies qu’il n’aurait pu connaître sans cette coopération.

Vous dites  qu’il y’a autant de pédagogie Freinet que d’enseignants qui la pratiquent. Mais y a-t-il une formation de base que suivent les enseignants sur la pédagogie, avant que chacun ne la personnalise? Comment s’assurer que l’enseignant a les pré-requis nécessaires pour utiliser la pédagogie?

 La formation à la pédagogie Freinet n’a jamais fait l’objet de cours ni d’autres structures officielles (universitaires ou autres). C’est plutôt une sorte d’entreprise coopérative. Des mouvements existent pour ça, en fait. Des enseignants qui veulent s’y mettre rejoignent ces mouvements et côtoient des expérimentés qui les soutiennent de leurs conseils. Si la plupart tâtonne, on s’y met doucement en implantant des outils ou des techniques qui ont fait leurs preuves, on observe les résultats de ces essais, on en parle avec les autres, on ajuste tranquillement, puis on les ajuste en rapport avec notre propre situation et surtout avec nos talents personnels. C’est pourquoi je dis que chacun construit peu à peu « sa pédagogie Freinet »: elle est pédagogie Freinet mais aussi et autant sa propre pédagogie. Nous sommes tous « enlignés » sur les mêmes valeurs, les mêmes croyances; ce sont des principes communs, en quoi nous nous ressemblons et où on reconnaît l’appartenance à la famille pédagogique. Mais chacun y met aussi sa couleur. Voilà pourquoi chaque classe Freinet est reconnaissable, mais aussi originale.

Les pré-requis en fait, c’est de reconnaître en ce qu’affirme la Pédagogie Freinet ses propres croyances. Il n’y a donc que l’enseignant lui-même qui peut dire s’il est Freinet ou pas. Nous sommes cependant à même de constater ou non que telle personne est bien en lignée sur la pédagogie Freinet si on peut voir dans son action qu’il donne la parole aux enfants, s’il les implique dans les décisions qui les concernent, s’il favorise la coopération, s’il part vraiment de ce qu’ils sont pour favoriser leurs apprentissages, s’il fait une place à leurs intérêts…

– Est-elle facile à mettre en pratique, surtout quand l’enfant a débuté dans le système scolaire classique?

C’est plus difficile pour un enfant de retourner à une approche pédagogique traditionnelle que de s’intégrer à l’approche pédagogique de Freinet, parce que ça freine généralement toutes les motivations qu’il avait découvertes; Il a souvent l’impression de régresser.

– En tant que (futur) parent, doit-on avoir des compétences particulières pour accompagner son enfant?

Des compétences de parents? Les mêmes que les nôtres : aimer les enfants, avoir à coeur leur développement, être ouvert à les laisser expérimenter réellement, leur donner du pouvoir sur leur vie…

– Quelles sont les avantages et les limites de cette méthode?

Quant aux avantages et aux limites, là, je serai très peu objectif! Pour moi, il n’y a pas de limites, que des avantages!

Je serais bien mal venu autrement, puisque j’ai choisi cette pédagogie; c’est bien parce que je la crois supérieure à toutes les autres approches pédagogiques.

Ressources :

Pour en savoir plus sur la pédagogie Freinet:

le Site de L’Institut Cooperative de L’École Moderne (ICEM): http://www.icem-pedagogie-freinet.org/la-pedagogie-freinet

Le site de la Bibliothèque québécoise de pédagogie Freinet:

http://bqpf.info/#quisuisje

Melissa Faucher de l’agence grosses têtes animera un atelier sur la communication dans le milieu communautaire

Le 1er Octobre prochain à l’ambassade Bitcoin de Montréal, Mélissa Faucher animera une mini formation / conférence sur les stratégies de communication dans le milieu communautaire

Bio

Melissa Faucher est agente de sensibilisation en entrepreneuriat jeunesse au CJE de Côte-des-Neiges à Montréal. Dans le cadre de ce mandat, elle développe des projets donnant l’opportunité aux jeunes de 16 à 35 ans de tester leurs qualités entrepreneuriales et développer leurs compétences dans leur domaine d’intérêt.

C’est dans ce but qu’elle a lancé en juillet 2013 l’agence de publicité communautaire Grosses Têtes, qui met à la disposition des organismes sans but lucratif (osbl) les services d’étudiants qualifiés dans la production de plan de communication et d’outils promotionnels. À double impact social, cette agence permet aux jeunes embauchés de développer leur leadership et aux osbl de Montréal de s’offrir des services de communication de qualité adaptés à leurs budgets.

agence grosse tete

Suite à ses études en mode, elle travaille dans ce domaine et lance une entreprise de stylisme. Ensuite, elle  poursuit des études en Marketing et Publicité avant de rejoindre une agence publicitaire à Vancouver en tant que coordonnatrice. En quête permanente de savoir, elle suit actuellement des études en Gestion aux HEC.

Newer Entries »